Que gagnent vraiment les indépendants en Belgique ?

Ce sont les chiffres de 2019 qui le disent : la rémunération médiane brute des indépendants belges est inférieure à 35.000 euros annuels, soit moins de 3.000 euros brut mensuels. Si une proportion non négligeable des indépendants ne se paye pas du tout, quelques bienheureux se rémunèrent à hauteur de 100.000 euros annuels bruts. A côté de ces chiffres très inégaux, peut-être est-il utile de parler des méthodes pour optimiser votre rémunération…

Acerta, une entreprise qui accompagne les starters et les indépendants en matière de secrétariat social et de ressources humaines a publié récemment les résultats d’une grande enquête menée auprès de 280.000 indépendants, que relaye La Libre. Cette étude est une grande première pour Acerta qui a constaté que « le statut d’indépendant connaissait un succès grandissant », comme l’explique Nadine Morren, qui dirige le Service à la clientèle de l’entreprise.

Salaire médian

Selon ces chiffres, le salaire annuel brut moyen des indépendants en Belgique était de 34.694 euros en 2019. Deux tiers des dirigeants d’entreprise indépendants en Belgique avouent avoir perçu en 2019 la même rémunération qu’en 2018. 16 % d’entre eux affirment avoir pu s’octroyer un salaire plus élevé alors que 7 % de l’échantillon reconnaît au contraire avoir du baisser ses émoluments.

Grosses disparités

Si la moyenne de la rémunération des indépendants belges tourne autour d’un pivot d’environ 35.000 euros bruts annuels (34.694 euros), tout le monde n’est évidemment pas logé à la même enseigne. Ainsi, si 30 % des sondés déclarent avoir touché moins de 20.000 euros, ils sont 3% à avoir perçu plus de 100.000 euros. Et près de 2% expliquent ne pas avoir pu se payer du tout !

Un dirigeant d’entreprise n’est pas l’autre

Mais comment expliquer de telles différences ?  « Ceux qui ne se sont rien versé l’ont fait pour plusieurs raisons : ils débutent leur affaire, l’année n’a pas été bonne, ils doivent faire des investissements,…« , pointe Nadine Morren, directrice du Service à la clientèle chez Acerta. « Certains ne se rémunèrent aussi que quelques mois, peut-être parce qu’ils n’ont pas été payés par un client, doivent régler des factures,… », explique-t-elle. « Les chiffres repris sont des moyennes. Un dirigeant d’entreprise n’est pas l’autre. »

De qui parle-t-on exactement ?

Mais qu’entend exactement cette enquête quand elle parle de dirigeants d’entreprise ? Les réalités sont très diverses. Il s’agit aussi bien d’indépendants en nom propre que de gérants de leur propre entreprise ou encore de CEO d’entreprises beaucoup plus importantes, qui ont créé une société de management et qui facturent chaque mois leurs prestations à leur « employeur » avant de se fabriquer un salaire avec ce montant.

Loin de l’image classique du petit indépendant

Si le salaire de près de 35.000 euros bruts – une moyenne, rappelons-le – semble à première vue plutôt faible pour un patron, la comparaison avec le salaire brut d’un employé doit être nuancée. « Le dirigeant d’entreprise bénéficie d’avantages. Il peut s’octroyer un loyer, rentrer des frais, des charges,… ».

Part de salaire variable

Et le salaire variable ? « Un dirigeant d’entreprise peut recevoir un bonus » précise Nadine Morren, en citant notamment « Les dividendes (…) sur lesquels on ne paye pas de cotisations sociales et sur lesquels nous n’avons aucune vue dans le cadre de cette étude« . Ici encore, de grandes disparités, selon une autre étude d’Acerta. Seuls 3,8 % des dirigeants d’entreprise en ont vu la couleur, certains ayant touché moins de 2000 euros et d’autres plus de 50.000.

« Les CEO sont les plus susceptibles de recevoir un bonus. Chaque année, ils ont des objectifs prédéfinis à remplir et s’ils les atteignent, ils peuvent prétendre à un avantage financier supplémentaire. Les gérants vont être plus prudents et ne s’octroyer un salaire variable que si l’année a été bonne« , précise la responsable d’Acerta.

Et comment optimiser MA rémunération ?

Les indépendants et les gérants de PME ou TPE sont par définition à la recherche d’une optimisation de leur rémunération. Fiscal Team s’est fait une spécialité de la recherche de la meilleure solution dans votre cas particulier.

Notre équipe déterminera, sur base de votre profil personnel, quels outils et revenus alternatifs peuvent être prévus dans votre diversification de revenus, vous permettant de réaliser des économies légales et substantielles tout en posant correctement les avantages de toute nature et remboursement de frais.

Un dirigeant propriétaire de son habitation peut, légalement, mettre à disposition de sa société, un espace bureau (par exemple), moyennant le versement d’un loyer professionnel, ce qui permet d’obtenir une fiscalisation plus avantageuse que sur une rémunération traditionnelle.

Lorsque les conditions sont réunies, la mise en place d’un système légal de rémunération pour droits d’auteur peut également se révéler fiscalement très intéressante.

Le versement de dividendes et les plans d’option sont d’autres outils intéressants permettant de percevoir une rémunération alternative à la rémunération brute « classique ».

En combinant ces solutions entre elles et en les maximisant, on peut obtenir jusqu’à 130% de net en plus.