Indépendant ou société : sous quelle forme entreprendre ?

24 Sep 2020 ComptabilitéEntrepreneuriat

Vous vous sentez une âme d’entrepreneur et vous souhaitez lancer votre activité. Ou vous envisagez de passer en société sans pour autant savoir si c’est le bon moment. Est-il préférable d’opter pour une entreprise individuelle (en personne physique) ou pour une société (en personne morale) ? Vous avez besoin d’être guidé vers la formule qui vous conviendra le mieux. Et de pouvoir comparer les avantages et les inconvénients des différentes options. Fiscal Team vous accompagne…

Devenir entrepreneur est un souhait de plus en plus courant chez les jeunes récemment arrivés sur le marché du travail. Le bonheur d’être son propre patron n’a pas de prix. Et les petites contraintes que cela implique sont vite oubliées.

Pour tout entrepreneur qui se lance, un premier choix s’impose : choisir son statut social. Votre activité sera-t-elle organisée en personne physique ou en société ?  Ce choix capital est bien entendu décisif pour la suite.

Alors, indépendant ou société ?  La réponse à cette question a priori simple dépend en fait de votre situation personnelle : besoins privés, situation familiale, avantages fiscaux, patrimoine privé,… autant de points essentiels à prendre en compte pour analyser correctement  votre situation.

Fiscal Team vous aide à analyser les critères qui doivent éclairer votre décision finale. Voici la liste des principaux avantages et inconvénients de ces deux formules.

En  société : liberté et revenus optimisés sans risquer votre patrimoine privé

Lorsque vous constituez une société, vous créez une entité juridique distincte, ce qui entraîne trois avantages évidents : votre patrimoine personnel (appartement ou maison, par exemple) n’est pas lié à la survie de votre entreprise, vous jouissez de davantage de liberté financière et vous bénéficiez d’une fiscalité nettement plus avantageuse que si vous entreprenez en personne physique.  

Principaux avantages

Raison patrimoniale : entreprendre en société permet de séparer totalement son patrimoine propre et celui de l’entreprise. Seul l’argent que vous avez investi dans l’entreprise est mis dans la balance. Votre patrimoine privé (maison, appartement, voiture, meubles,…) reste 100% à vous au cas où votre entreprise connaît une zone de turbulences. Pour cette raison, les bénéfices engrangés par votre entreprise ne peuvent pas être utilisés à des fins privées.

  • Liberté d’action sur le plan financier : les éventuels associés peuvent investir avec vous dans l’entreprise. Cela offre davantage de possibilités financières, et donc de plus grandes opportunités de croissance.
  • Possibilités d’optimisation fiscale : En tant que gérant de la société, vous vous octroyez un salaire. Ce salaire est imposé à l’impôt des personnes physique (IPP), mais le reste de votre bénéfice est soumis à l’impôt des sociétés (Isoc). Et à un taux inférieur. La constitution d’une société vous permettra en effet de bénéficier du taux réduit de l’Isoc  mis en place lors de la récente réforme de l’impôt des sociétés (taux réduit de 20%, au lieu de 25%, sous réserve du respect de la règle dite des 45.000 euros). Autre avantage manifeste, des outils et revenus alternatifs peuvent être prévus en fonction de votre profil personnel. Ce sont divers moyens légaux qui vous permettent d’obtenir les mêmes revenus pour un moindre coût. Cela peut se faire par exemple via la distribution d’un dividende (précompte mobilier de 15 % au lieu de 30 %) ou la mise en place d’un plan d’épargne pension via l’entreprise (EIP, PLCI), ou encore par le mécanisme fiscal des droits d’auteur si vous être éligibles.

Des contraintes supportables en regard des avantages  

Créer une société implique évidemment des frais et suppose quelques contraintes administratives. Mais ces obligations sont bien peu de choses en regard des avantages offerts par cette formule.

  • Patrimoine initial suffisant : La création d’une entreprise nécessite une mise de départ financière un peu plus importante. Bonne nouvelle : le nouveau code des sociétés n’exige plus de capital pour créer une SRL (anciennement SPRL) et vous n’êtes plus tenu(e) de rassembler un capital minimum de 18.550 euros lors de la constitution. Vous devrez néanmoins mettre sur la table un « patrimoine initial suffisant ». Que cela soit pour créer une société anonyme, une SRL ou une coopérative, la société doit disposer lors de sa constitution d’un capital suffisant pour lui permettre d’exercer normalement ses activités pendant une période de deux années. Pour cette raison, la loi impose aux fondateurs d’établir un plan financier.

Impossible de chiffrer ici le budget de départ à rassembler. L’aide d’un professionnel (réviseur d’entreprises, expert-comptable) pour franchir ce premier cap est vivement conseillée. N’hésitez pas à contacter Fiscal Team  à ce propos.

  • Autre point à prendre en compte : les frais de constitution et de fonctionnement d’une société sont supérieurs à ceux d’une structure en personne physique. Mais pas d’inquiétude : ce n’est que le prix à payer pour des performances fiscales (fiscalité, pack salarial,…) nettement plus avantageuses.  Bien entendu, la comptabilité d’une société nécessitera la supervision d’une personne qualifiée (expert-comptable, comptable-fiscaliste,…).
  • Comptes annuels : créer une société vous oblige à publier vos comptes annuels. C’est une opération simple que vous pourrez facilement régler avec l’aide d’un expert-comptable qui vous assistera dans cette obligation légale.

En personne physique : risqué pour votre patrimoine privé

Entreprendre en personne physique est la forme la plus couramment choisie par les starters. Mais attention, dans ce cas de figure, votre activité n’a pas de personnalité juridique distincte. Votre patrimoine privé et votre activité professionnelle ne font qu’un. Ce qui peut entraîner de graves problèmes si vos affaires venaient à péricliter. Votre famille et vos biens personnels pourraient avoir à en souffrir. Autant le savoir avant de se décider…

Principaux avantages

  • Pas de capital minimum de départ. Vous devrez juste vous acquitter de l’inscription à la Banque-Carrefour des Entreprises.  Ces frais s’élèvent à 89,50 euros.
  • Pas d’intervention d’un notaire puisqu’il n’y a pas d’acte constitutif et pas de statuts.
  • Une administration plus légère : l’entreprise en personne physique demande peu de formalités administratives. Votre  comptabilité est simple : un registre des revenus et des dépenses de votre entreprise suffit.
  • Vous disposez d’une grande autonomie : vous êtes seul à prendre les décisions, rapidement et sans fournir de justification.
  • Bénéfices: en tant que personne privée, vous profitez directement de votre bénéfice, même si la fiscalité est nettement moins avantageuse en personne physique que pour les sociétés.

Principaux inconvénients

Le choix de créer une entreprise individuelle comporte également certains désavantages :

  • Vous disposez de ressources financières limitées.
  • Pas de séparation entre le patrimoine privé et le patrimoine professionnel,  

les créanciers peuvent saisir les deux. Votre destin et celui de votre activité sont liés. C’est risqué…

  • La faillite de l’entreprise entraîne la faillite de l’entrepreneur
  • La survie de l’entreprise individuelle est plus difficile à garantir. Par exemple, en cas de retraite ou de maladie de l’entrepreneur.

Votre activité sera-t-elle articulée autour d’une personne physique ou organisée en société ? Vous êtes déjà indépendant en personne physique ? Vous exercez une profession libérale ? Le moment est peut-être venu de profiter des avantages du passage en société…

Si vous souhaitez faire un point rapidement, Fiscal Team vous propose son simulateur pour comprendre si il est temps pour vous de passer en société  ? Vous obtiendrez une première recommandation sans engagement.

Votre situation demande une analyse plus pointue ? Vous souhaitez être conseillé ? Notre équipe est là pour vous fournir des réponses précises et… chiffrées !


Plus d'actualité

Retour aux actualités