Commerce en ligne : les leçons 2021 de l’explosion de 2020

3 Fév 2021 Entrepreneuriat

La crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 a dynamisé le secteur de l’e-commerce. Au cours des neuf premiers mois de 2020, les ventes en ligne ont en effet augmenté d’un tiers. Toutefois, ce bilan mérite d’être nuancé, car si la vente de produits en ligne a connu une forte accélération, le secteur des services en ligne, en revanche, affiche un net recul. Analysons de plus près ces tendances…

Nouveau comportement issu de la crise sanitaire, les achats en ligne, déjà en croissance ces dernières années, ont continué d’attirer de plus en plus de consommateurs. Si l’on en croit les données du BeCommerce Market Monitor, une enquête de référence sur les dépenses en ligne des consommateurs en Belgique réalisée tous les trois mois, l’e-commerce s’est plutôt bien porté en 2020. 

Achats en ligne en hausse

Les chiffres dévoilés début janvier parlent d’eux-mêmes : le budget consacré par les Belges aux produits vendus en ligne a atteint un total 4,9 milliards d’euros, alors que pour la même période en 2019, ce chiffre était de 3,7 milliards. Une augmentation constatée tant pendant le confinement qu’en période de réouverture des commerces, indique 7sur7 qui relaie les résultats de l’étude.

L’an dernier, pas moins de 8.048.009 consommateurs belges ont eu recours aux achats en ligne. L’été dernier, chaque e-acheteur a dépensé en moyenne 61,10 euros, soit une augmentation de 8 % si l’on compare à la même période l’année précédente.

La vente en ligne a donc permis à de nombreux magasins et entreprises de limiter le recul de leurs ventes physiques pendant la durée de la pandémie. Et le marché de l’habillement, grand gagnant toutes catégories, a particulièrement tiré son épingle du jeu, enregistrant une spectaculaire progression des ventes. « Nous constatons que les vêtements et les chaussures, ainsi que la catégorie personal lifestyle, ont bénéficié d’un coup d’accélérateur significatif, malgré la réouverture des magasins. Ces catégories ont progressé de moitié par rapport à 2019« , explique BeCommerce. 

Autre tendance notable, lors du premier confinement, BeCommerce avait remarqué une importante progression de la catégorie « ordinateurs et accessoires ».

Voyages et événementiels en net recul

Néanmoins, la crise sanitaire a nettement ralenti le marché des services. Le confinement a marqué un arrêt brutal pour les secteurs tels que le voyage et l’événementiel. L’année passée, seuls 25 % des dépenses en ligne concernaient les services, alors qu’un an plus tôt, cette part dépassait les 50 %.

« Nous sommes toutefois convaincus que ce secteur va se redresser rapidement, maintenant que les vaccinations ont commencé. Les consommateurs ont envie de voyager et d’assister aux spectacles et aux festivals« , souligne BeCommerce.

Smartphone ou ordinateur portable ?

Enfin, si un tiers des Belges ont réalisé leurs achats sur un smartphone, l’ordinateur portable reste le chouchou de nos compatriotes, avec la moitié des commandes en ligne à son actif.

Que deviendra le commerce en ligne quand la pandémie sera derrière nous ? Reviendra-t-on à la situation antérieure ? Ou les comportements adoptés durant cette crise sont-ils amenés à s’installer de façon pérenne ?  Il est encore trop tôt pour le dire…

Plus d'actualité

Retour aux actualités