Une bonne association entre profession libérale en 10 étapes

Même lorsque vous exercez une profession libérale comme dentiste, il peut s’avérer intéressant de conclure un accord de coopération ou de créer une association. La motivation est souvent davantage d’ordre pratique et économique que purement commercial, mais comment procéder concrètement ? Dans le présent article, nous vous présentons les 10 conseils en vue d’une collaboration fructueuse.

Étape 1 : Une association est-elle faite pour vous ?

Vérifiez pour commencer si la collaboration au sein d’une association correspond bien à votre personnalité. En fonction de vos préférences personnelles, vous opterez pour une certaine forme de collaboration.

Étape 2 : Cherchez des partenaires et convainquez-les

Vous ne pouvez effectuer une recherche ciblée de partenaires potentiels et les convaincre que si vous avez déjà pensé à un projet concret et l’avez de préférence couché sur papier.

  • Canaux externes : Vous trouverez généralement vos partenaires de coopération dans votre entourage immédiat : des collègues locaux ou des copains d’études. Vous pouvez également tenter de nouer des contacts par le biais d’associations professionnelles ou de la presse spécialisée.
  • Évolution interne : Souvent, l’on décide toutefois de s’associer avec des collaborateurs (plus jeunes) ayant déjà une certaine habitude de la pratique.

Étape 3 : Évitez les mauvaises surprises

Une enquête approfondie doit être menée préalablement à toute association. Dans ce contexte, les futurs associés examinent :

  • La compatibilité mutuelle
    • Les futurs associés partagent-ils les mêmes valeurs et la même philosophie d’entreprise ?
    • Certains facteurs émotionnels ou pratiques constituent-ils un obstacle supplémentaire pour la collaboration ?
  • La faisabilité
    • Les candidats-associés possèdent-ils tous d’excellentes qualités en tant que professionnels et en tant qu’entrepreneurs ?
    • L’association est-elle viable sur le plan économique et financier ?
    • Est-ce que nous tenons suffisamment compte des éventuels coûts imprévus et des éventuelles implications fiscales ?
  • La complémentarité
    • De quelle manière les compétences et les services des associés se complètent-ils ?
    • Quelle plus-value mutuelle l’association apporte-t-elle aux professionnels concernés ?

Étape 4 : Établissez un business plan

Une association tournée vers le futur dispose d’une vision claire et d’une stratégie réalisable. Pour définir cette stratégie, les associés recherchent de concert une réponse aux questions essentielles suivantes :

  • Quelle est notre raison d’être ? Quelle philosophie appliquons-nous et quelles sont la mission et la vision de l’association ?
  • Quels sont nos points forts et nos points faibles au niveau interne ?
  • Quels défis devons-nous relever et comment souhaitons-nous y parvenir ?
  • Quel objectif souhaitons-nous atteindre ?
  • Comment y arriverons-nous (e.a. investissements, engagements, etc.) ?
  • Quelle forme juridique devons-nous adopter ?

Étape 5 : Impliquez toutes les parties intéressées

Pour le bon déroulement des opérations, vous devez également préparer la collaboration avec les principales autres « parties prenantes » :

  • Informez et impliquez les collaborateurs et le personnel des cabinets
  • Évaluez également les implications pour votre famille et vos proches
  • Vos principaux clients sont également votre principale caisse de résonance

Étape 6 : Établissez des règles pour une collaboration durable

Une collaboration durable exige de bonnes règles. Vous devez vous mettre d’accord sur les aspects pratiques énumérés ci-dessous. Ces points constituent également le fil conducteur de votre accord d’association et du règlement d’ordre intérieur :

  • Aspects matériels
  • Normes quantitatives en ce qui concerne les prestations
  • Accords financiers
  • Entrées et sorties
  • Répartition des tâches et des compétences
  • Réunions
  • Scénarios catastrophes
  • Certaines conditions de forme (rédaction des statuts, passation d’un acte, etc.) selon la forme de collaboration choisie
  • Respect des exigences déontologiques

Étape 7 : Établissez un contrat d’association

Une association doit disposer d’un contrat écrit. Celui-ci reprend les principales règles. Le fil conducteur décrit ci-dessus en fournit un aperçu.

Étape 8 : Démarrez la collaboration

Une bonne préparation est importante, mais vous ne pouvez pas tout régler à l’avance. Il arrive un moment où vous devez tout simplement commencer à collaborer.

Étape 9 : Intégrez le système et les processus

Les avantages de la collaboration ne seront perçus que si les systèmes de travail et les processus (pensez aux technologies de la communication et de l’information) sont parfaitement harmonisés. Une approche méthodique est nécessaire. Tenez compte des réticences et autres obstacles.

Étape 10 : Effectuez une évaluation et apportez des modifications si nécessaire

Par ailleurs, vous devez régulièrement prendre le temps de faire un point de la situation au sein de l’association avec l’ensemble des associés, en ce qui concerne :

  • Le suivi et l’exécution de la stratégie
  • L’efficacité des règles et la satisfaction concernant les accords mutuels
  • La qualité de la collaboration personnelle et des relations entre les associés

Sources : Zenito