Trop d’impôt tue l’impôt…

Comme vous sans doute, j’ai découvert avec stupéfaction en parcourant la presse économique que les recettes engrangées par l’administration fiscale belge étaient en recul au premier trimestre 2013 par rapport au premier trimestre 2012.

Même si je me définis politiquement comme un athée, je ne peux m’empêcher de penser que dans notre pays le travail devrait être récompensé plutôt que fustigé… Et ceci vaut aussi bien pour un salarié que pour un patron, un indépendant ou un dirigeant d’entreprise.

Supprimer le principe de « tranches » avec un taux d’imposition variable et le remplacer par un taux constant, quelles que soient les rentrées, ne serait-ce pas la meilleure façon de stimuler de façon équitable l’ardeur au travail, … et de permettre à l’Etat d’atteindre les objectifs fiscaux qu’il s’est fixés ?

La progressivité de l’imposition n’agit-elle pas comme un frein psychologique ?

Des questions qui me semblent d’actualité au moment où les perspectives de croissance et la morosité ambiante font ressembler l’économie belge à un encéphalogramme plat…

Le travail est le moteur de l’économie ! Arrêtons de le taxer davantage, taxons les autres revenus.

C’est sans doute le moment de se souvenir d’un vieil adage comptable qui dit que « trop d’impôt tue l’impôt »… Car, manifestement et sans jeu de mots, les vieilles recettes ne font plus recette.

Max