Rester indépendant ou passer en société ?

La carte prépayée : chargez, payez, contrôlez…

Contrairement aux idées reçues, les cartes de banques les plus fréquemment utilisées en Belgique sont les cartes de débit. Seulement un tiers des Belges détiendrait en effet une carte de crédit. Zoom sur une alternative : la carte de paiement prépayée.

Vous n’avez pas de carte de crédit mais vous avez envie de profiter des avantages de ce type de carte tout en gardant la maîtrise de votre budget ? La carte de paiement prépayée est sans doute une bonne alternative pour vous.

Qu’est-ce qu’une carte prépayée ?

Le principe de la carte de paiement prépayée est simple : vous chargez le montant désiré sur votre carte et ensuite, vous payez vos achats (en ligne ou dans la plupart des commerces) ou retirez de l’argent en Belgique et à l’étranger.

De cette manière, vous ne dépensez pas plus que le montant que vous avez préalablement chargé sur votre carte. Vos dépenses restent donc entièrement sous votre contrôle. Impossible d’aller dans le rouge puisque vous n’avez la possibilité de dépenser que le montant qui s’y trouve. Une fois le solde épuisé, c’est simple, vous rechargez votre carte.

C’est la grande différence avec une carte de crédit qui vous permet de dépenser de l’argent et de rembourser plus tard le montant utilisé avec, bien entendu, des intérêts à la clé.

Les cartes prépayées ressemblent beaucoup aux cartes de débit, à la grande différence qu’elles ne doivent pas nécessairement être couplées à un compte à vue.

En effet, si vous n’avez pas de compte bancaire et ne voulez pas en ouvrir un, mais souhaitez néanmoins voyager ou payer vos achats en ligne, la carte prépayée est une solution avantageuse.

Quels organismes proposent la carte prépayée ?

La plupart des grandes banques (telles que BNP Paribas Fortis, Belfius et KBC) commercialisent ce type de carte. Vous avez la possibilité de charger votre argent directement sur votre carte à partir du site web de la banque ou via son app. Souvent, des frais annuels sont facturés pour l’émission de la carte.

Bpost et le groupe Carrefour offrent également une carte de paiement prépayée dans leur gamme de produits.

Pour charger votre carte chez Bpost, vous devez soit effectuer un virement, soit passer par le guichet. Si le passage au guichet vous coûtera 3,5 euros de frais, le montant sera par contre directement disponible sur votre carte. L’option du virement est elle gratuite. Mais vous patienterez un peu avant que l’argent soit chargé sur votre carte.

Certaines cartes de paiement prépayées sont proposées par d’autres types d’organisations. Dans ce cas, il est vivement conseillé de comparer les tarifs.

Une option intéressante pour les jeunes

Cette carte peut s’avérer intéressante pour les adultes qui ne souhaitent pas avoir une carte de crédit mais veulent par exemple effectuer des achats en ligne ou voyager à l’étranger tout en contrôlant leur budget.

C’est aussi une alternative crédible pour les jeunes qui font des achats en ligne ou qui se rendent pendant une période déterminée à l’étranger pour des vacances ou des études. Avec ce type de carte, le jeune dispose d’une réserve d’argent que ses parents peuvent charger depuis la Belgique.

Sécurité

Comme ses grandes soeurs (carte de débit et de crédit), la carte de paiement prépayée est sécurisée par un code pin secret que vous devez introduire lors de chaque achat ou retrait. En cas de perte ou de vol, prenez contact le plus rapidement possible avec Card Stop (070 344 344).

Particularités et restrictions d’utilisation

Si la carte prépayée présente de nombreux avantages, quelques points méritent votre attention.

Test-Achats, l’organisme de défense des consommateurs, pointe que ces cartes peuvent être chères lors des retraits en liquide et conseille aux utilisateurs de limiter la multiplication de petits retraits aux distributeurs automatiques, comme l’indique Jens Van Herp, porte-parole de l’organisation dans l’Echo.

Idem si vous payez dans une devise étrangère. Vous devez tenir compte des provisions de change, comme c’est le cas avec les cartes de débit et de crédit.

En outre, les cartes de paiement sont soumises à diverses restrictions (montants, âge). Chez bpost, par exemple, il faut être majeur pour obtenir une carte prépayée, précise encore l’Echo.

Enfin, si ce type de carte est présenté comme un moyen de paiement accepté mondialement, sachez que vous ne pourrez régler un achat avec votre carte que si le solde disponible peut être contrôlé en ligne et en temps réel. « Les péages, les parkings, les automates à boissons et friandises et les tax free shops n’accepteront donc pas votre carte. Il ne sera pas non plus possible de louer une voiture avec une carte prépayée », prévient KBC dans la même source.

Maintenant que vous avez tous les éléments de décision en main, chaque situation étant spécifique, à vous de pesez le pour et le contre de la carte de paiement qui convient le mieux à vos besoins.

Comment réduire les frais de stages de vos enfants ?

En période de vacances scolaires, les parents qui travaillent doivent trouver des solutions pour occuper leurs enfants.

Faire participer vos enfants à des stages, des camps de mouvements de jeunesse ou des plaines de jeux, c’est leur permettre de vivre un moment de détente, de loisirs et de vie avec d’autres enfants ou ados, dans un environnement adapté aux affinités de chacun.

Si les parents mettent un point d’honneur à ce que leur enfants puissent vivre un été enrichissant, le montant des inscriptions peut en rebuter certains. Et s’ils ont plusieurs enfants à caser, la note peut vite s’avérer très salée… En moyenne, le budget annuel de ces activités avoisinerait 299 euros par enfant.

Pourtant, plusieurs solutions existent pour diminuer les coûts de ces stages. Examinons-les ensemble.

Le premier réflexe est de vous tourner vers votre mutuelle. En effet, les mutuelles interviennent souvent dans ce type de frais en vous accordant diverses réductions.  Ensuite, cerise sur le gâteau, votre déclaration d’impôt 2019 vous donnera droit à une déduction fiscale pour la garde de votre enfant dans le cas où celui-ci est âgé de moins de 12 ans.

Reductions offertes par les mutuelles

Via leur assurance complémentaire, les mutuelles accordent diverses réductions par année calendrier. En fonction des mutuelles, ces dernières interviennent pour l’affiliation à un club sportif, la participation à des stages, des plaines de jeux et autres camps organisés par des  mouvements de jeunesse.

Comment en bénéficier ?

Pour obtenir cette intervention financière, il faut en faire la demande. Renseignez-vous auprès de votre mutuelle afin d’en savoir plus sur les aides accordées et la procédure à suivre.

En général, il vous suffit de remplir un formulaire (souvent disponible en ligne) et de fournir une attestation de l’organisateur ainsi qu’une preuve de paiement. Vous percevrez ensuite votre intervention par virement bancaire.

Sachez aussi que les mutuelles organisent elles-mêmes  – et en collaboration étroite avec de nombreux organisateurs de camps de vacances – des stages de qualité à des prix défiant toute concurrence. Bien entendu, ces réductions plus ou moins importantes sont réservées à leurs affiliés. Là aussi, cela vaut la peine de vous informer auprès de votre mutuelle pour savoir ce qu’elle propose à vos enfants âgés de 3 à 18 ans.

Reductions d’impôts

Bonne nouvelle, il n’y a pas que les frais de crèche ou de garderie qui peuvent être déduits dans votre déclaration fiscale. Le coût des stages est lui aussi déductible.

Concrètement, une partie des frais que vous avez engagés pour des stages peuvent être récupérés via votre fiche d’impôts. Mais ceci à certaines conditions.

Cette déduction fiscale est en effet autorisée jusqu’à ce que vos enfants aient atteint l’âge de 12 ans (18 ans s’ils sont atteints d’un handicap lourd), au moment de l’accueil dans le stage ou le camp d’été.

L’avantage maximum de la dépense accordée s’élève à 11,20 euros par jour de garde. Si vous avez payé plus que le plafond accordé, vous devrez donc limiter la dépense dans votre déclaration d’impôt. A l’inverse, pour les jours où vous avez payé moins que le plafond, vous pouvez prendre en considération l’intégralité du montant que vous avez payé .

La réduction d’impôt est au moins égale à 45% de la dépense consentie. En pratique, cela veut dire que pour une journée qui vous a coûté 11,20 euros, vous aurez droit à un remboursement de 5,04 euros (+ centimes additionnels communaux).

Une petite exception est faite pour les isolés qui ont un faible revenu professionnel. Ces derniers ont droit à un soutien supplémentaire qui leur permet de récupérer 8,40 euros/jour.

Envisagez donc sereinement l’été de vos enfants en les inscrivant à des stages de qualité dans lesquels ils vivront des journées de découverte, d’amusement, de jeux et de rire, tout en bénéficiant des avantages financiers auxquels votre famille a droit.

Fiscal Team souhaite un bel été à tous les parents et tous les enfants. Sous le soleil exactement…