Adieu petit être moral

Nous voici donc à la fin d’une époque où liquider une société coûtait 10%… 0% même si on remonte à un peu plus loin. Demain, cette « petite » opération coûtera 25%. Quelle drôle de saison !

Derrière le rideau, les gens du métier, se surnommant parfois « liquidators », assistent leurs patients pour les euthanasies programmées de leur petit être moral tant aimé. A la naissance du petit être, on lui avait expliqué qu’il n’était là que pour des raisons fiscales… Pourtant, dans le brouhaha silencieux du travail infernal, les propriétaires remercient une dernière fois cette courageuse et loyale société à but de lucre.

Merci petit être, de m’avoir donné une sécurité juridique.
Merci de m’avoir donné un outil pour faciliter les associations.
Merci de m’avoir donné des outils de transmission de patrimoine.
Merci de mesurer avec aisance mes cotisations sociales… D’autant plus avec le nouveau régime qui arrive.
Merci de me donner le droit de choisir entre deux chemins, là où cette petite voix moins imposée m’appelle parfois discrètement.

Sans aucun scrupule, dès ta mort programmée, parfois nous fêterons la naissance de ta petite sœur qui verra le jour pour de nobles raisons bien sûr.

Hypocrite, sans foi, ère du capitalisme, pleine de lois, rappelle-moi pourquoi nous t’aimons tant ?

Adieu, petit être moral.